The Values of French

The Values of French Language and Literature in the European Middle Ages. ERC Advanced Grant at King's College London

Histoire ancienne

Les éditions de l’Histoire ancienne jusqu’à César

Nous sommes en train de préparer une édition digitale complète de deux manuscrits-clés de l’HA : 1) l’un des témoins les plus anciens de cet ouvrage, Paris, Bibliothèque nationale de France, f. fr. 20125, qui a sans doute été compilé à Acre pendant la deuxième moitié du XIIIe siècle ; 2) London, British Library, Royal 20 D I, le plus ancien témoin de la deuxième rédaction de l’HA, copié à la cour angevine de Naples dans les années trente du XIVe siècle. Le trait distinctif majeur de la deuxième rédaction par rapport à la première concerne le fait qu’on y remplace la version de l’histoire de Troie de la première rédaction (une traduction de Darès) par un récit bien plus long, la cinquième mise en prose du Roman de Troie de Benoît de Sainte-Maure (Prose 5, voir Jung (1996), pp. 505-62). En outre la deuxième rédaction supprime la partie biblique de la première rédaction, ainsi que la section sur Alexandre.

Voici la liste des contenus de ces deux manuscrits (pour ce qui est des sections selon la classification faite par Marc-René Jung) :

Fr20125:
• Genèse (1)
• Orient I (2)
• Thèbes (3)
• Grèce et Amazones (4)
• Troie (5)
• Enée (6) (plus Rois Assyriens* (6bis))
• Rome I (7)
• Orient II (8)
• Rome II (10)
• Conquête de la France par Jules César (11)

Roy20:
• Thèbes (3)
• Grèce et Amazones (4)
• Prose 5 (5bis)
• Enée (6) (plus Rois Assyriens* (6bis))
• Orient II (8)
• Rome I (7)
• Rome II (10)

(* Nous avons ajouté la section ‘Rois Assyriens’ car Jung considère cette section comme faisant partie de Rome I, alors qu’elle ne précède pas toujours Rome I dans la tradition manuscrite)

Text Viewer

Le « Text Viewer » présente le texte subdivisé en sections narratives selon la liste ci-dessus, adaptée de Jung.

Les utilisateurs peuvent aligner et comparer les textes des éditions semi-diplomatiques et interprétatives des manuscrits fr20215 et Roy20. Des colonnes supplémentaires peuvent être créées en cliquant sur l’icône « double-column » placée sur la barre verticale à droite de l’écran.

À présent, les matériaux en ligne sont les suivants :

  • la transcription semi-diplomatique complète de Fr20125
  • la transcription semi-diplomatique complète de Roy20
  • l’édition interprétative des sections Énée (6) et Rois Assyriens (6bis) selon les manuscrits Fr20125 et Roy20.

L’édition n’est pas encore définitive. En effet nous avons décidé de publier notre travail au fur et à mesure, et ceci dans un double objectif : 1) fournir aux spécialistes un accès immédiat aux portions de l’Histoire ancienne qui sont encore inédites ; et 2) améliorer nos éditions numériques en espérant que nos utilisateurs voudront bien nous y aider, par leur commentaires et observations, au niveau de la substance, de la présentation ou encore de la fonctionnalité.

Il est d’ores et déjà possible de nous faire parvenir vos observations : pour ce faire, nous vous prions de vous servir de la section « comments » qui se trouve en bas du billet blog « Eneas arrives ».

L’impression du texte

Il est possible d’imprimer les textes de nos éditions par section ou par paragraphe. Il suffit de cliquer sur l’icône « imprimante » placée sur la barre à droite de l’écran. Il est également possible de télécharger votre sélection comme fichier PDF : pour ce faire, sélectionnez « Fichier » et « Imprimer », et puis « Ouvrir PDF en mode Aperçu » (usagers de MacOS) ou « Imprimer en format PDF » (usagers de Microsoft Windows 10).

Numérotation des paragraphes et segmentation

Le système de référence de l’édition se rattache à notre subdivision en paragraphes des textes des deux manuscrits. Les paragraphes ont été numérotés progressivement du début à la fin du codex. Les segments de texte à l’intérieur de chaque paragraphe ont été numérotés sur la base du système de mise en texte du manuscrit (notamment ponctuation, lettrines, couleurs). Le même système de numérotation est utilisé pour les éditions semi-diplomatique et interprétative. Cette décision permet, dans l’édition interprétative, de mieux saisir les différences entre le système de segmentation textuelle médiévale et le système imposé par l’emploi de la ponctuation moderne.

Transcription semi-diplomatique

La transcription semi-diplomatique a pour objectif de reproduire dans la mesure du possible la division des mots, les graphies, l’alternance majuscule/minuscule et la ponctuation du manuscrit (il est à noter que nous avons balisé comme signe de ponctuation « zéro » les fins de lignes correspondant à une coupure macro-textuelle : par exemple lorsqu’une lettrine, en début de ligne, marque le commencement d’une unité textuelle, tandis que l’unité précédente s’achève en fin de ligne sans qu’aucun signe de ponctuation n’en marque la fin). Toutes les abréviations ont été résolues entre crochets. Nous avons aussi balisé les additions et les corrections faites par les scribes ou autres mains anciennes.

Édition interprétative

Nous ne cherchons pas à établir le texte critique de l’Histoire ancienne. Nous avons décidé, en revanche, de procurer l’édition de deux manuscrits choisis en vertu de leur rôle dans l’histoire de la tradition du texte. Nous avons par conséquent adopté une approche minimale en ce qui concerne toute émendation ou correction du texte. Nos interventions se limitent aux cas de répétitions, d’erreurs banales de transcription, et aux rares cas où une intervention rend le texte plus intelligible.

Ponctuation—En ce qui concerne la ponctuation moderne, nous avons ponctué notre édition interprétative de façon très discrète, en essayant de tenir autant que possible compte des indications procédant de la ponctuation médiévale. Dans tous les cas, nos usagers pourront toujours observer la ponctuation médiévale en consultant l’édition semi-diplomatique.

Signes diacritiques—Pour l’instant, nous avons décidé de nous limiter à un minimum de conventions graphiques concernant la prosodie et la division syllabique. Ainsi, nous nous limitons à employer le tréma pour lever l’ambiguïté entre les homographes (par exemple, oir ‘héritier’ et oïr ‘ouïr’ ; ou encore entre pais ‘paix’ et païs ‘pays’). Cette approche limitée dans l’emploi des signes diacritiques (et tout particulièrement du tréma) pourrait se modifier dans l’avenir, notamment une fois que nous aurons terminé la lemmatisation du texte et complété l’analyse des sections versifiées. Dans tous les cas, tout commentaire ou idée à ce sujet seront les bienvenus.

Notes—Nos notes au texte se limitent pour l’instant à identifier les sources, à clarifier certains points problématiques du texte, et indiquer les leçons divergentes susceptibles de nous renseigner sur la tradition (voir, ci-dessous, Manuscrits de contrôle). Une couleur différente est associée à chaque type d’informations fournies dans les notes.

Manuscrits de contrôle

Pour ce qui est de notre édition du Fr20125, nos usagers trouveront dans nos notes, lorsque nous corrigeons le manuscrit, des leçons procédant de deux manuscrits du XIIIe siècle produits Outremer (Dijon, Bibliothèque municipale, 562 et Londres, British Library, Additional 15268), et d’un témoin italien du XIVe s. étroitement lié au groupe d’Acre (Paris, BnF, f. fr. 168). Ces manuscrits appartiennent à la famille α de la tradition de la première rédaction (voir Jung (1996), pp. 353-54). En outre, nous avons inclus des leçons de Rennes, Bibliothèque municipale, 2331. Bien qu’il s’agisse d’un manuscrit breton du XVe siècle, ce témoin transmet une version de la première rédaction très proche de Fr20125. Finalement, nous avons retenu aussi les leçons de London, British Library, Additional 19669. Copié dans le nord de France, il s’agit d’un des témoins les plus anciens parmi ceux qui ont été produits au XIIIe siècle. C’est un codex appartenant à la famille β (voir Jung (1996), p. 353), qui se caractérise par la transmission d’une version abrégée du texte de l’Histoire ancienne. Nous ne cherchons pas à donner toutes les variantes de ces manuscrits de contrôle, mais plutôt à fournir des renseignements aussi complets que possible sur toute divergence probante.

En ce qui concerne Roy20, on trouvera dans les notes des leçons procédant des manuscrits de la première et de la deuxième rédaction. La sélection des manuscrits de la deuxième rédaction que nous avons retenus est faite à partir de la classification en deux groupes opérée par Jung sur la base des témoins contenant Prose 5 (voir Jung (1996), pp. 506-07):

1. Paris, BnF, f. fr. 301 (groupe A; vers 1400, Paris)
2. Paris, BnF, f. fr. 22554 (groupe B; fin du XVe siècle, France)

Dans le cas de Roy20, les manuscrits de la première rédaction dont nous avons tenu compte appartiennent à la famille β. Dans la liste suivante, on trouvera des témoins du XIIIe et du XIVe siècle provenant aussi bien du nord de la France que d’Italie :

3. Chantilly, Bibliothèque du Château (Musée Condé), 726 (fin du XIIIe s., Italie
4. Florence, Biblioteca Riccardiana, 3982 (fin du XIIIe s., Gêne-Pise)
5. Londres, British Library, Additional 19669 (troisième quart du XIIIe s., France du nord)
6. Paris, BnF, nouv. acq. fr. 3576 (troisième quart du XIVe s., Paris)

Nous fournirons dans les meilleurs délais des descriptions plus détaillées des manuscrits utilisés. Pour l’instant, les usagers pourront trouver plus de renseignements sur les aspects matériels et sur les contenus de ces témoins dans la base de données en ligne Medieval Francophone Literary Culture Outside of France.

Les liens aux reproductions en couleur de nos manuscrits se trouvent en cliquant ici.

Lemmatisation

L’édition interprétative de l’HA sera entièrement lemmatisée. Pour ce faire, nous nous servons de Lemming, un logiciel créé par Marcus Husar et Stephen Doerr de l’équipe du Dictionnaire étymologique del’ancien français. L’information lexicale et grammaticale de la lemmatisation fera partie intégrante de notre édition. La lemmatisation est conçue comme un outil visant l’optimisation de l’usage et des possibilités de recherche dans les textes publiés sur notre site.

Projets pour l’avenir

Nous envisageons l’intégration d’un certain nombre de fonctionnalités supplémentaires dans nos éditions en ligne, notamment :

  • Recherches sur des aspects formels variés dans les deux versions du texte (notamment, discours direct et indirect, interventions du narrateur, etc.)
  • Un index des noms propres

Septembre 2018